Souriez pour un cheesecake (presque) light !

Share Button

Par Rouge   Dites cheese… cheesecake pour notre délicieux dessert à consommer (presque) sans modération ! Vous ne pensiez tout de même pas que nous allions vous révéler les philtres d’amour parfaits pour séduire votre cher(e) et tendre ! Raté, mais du moins peut-être ferez vous sourire de plaisir votre dulciné(e), en toute légèreté, et…

Déshabillez moi... du regard.

Infidèle au cinéma : 1969 vs 2002

Share Button

Par Revolver En 2002, en découvrant le film d’Adrian Lyne, Infidèle, mon trouble ne fut pas anecdotique. Que je fusse charmée par le physique (plus que par le jeu, soyons franche) d’Olivier Martinez dans le rôle de l’amant ne me surprit guère : je prévoyais que ce serait, sans jeu de mots, la pièce maîtresse du…

Déshabillez moi... du regard.

S’aimer… Crise de désamour

Share Button

par Rouge Je ne m’aime pas. Voici une négation facile à formuler. Elle semble facile. Bien plus facile, en réalité, que « Je m’aime », qui sombre vite dans la prétention. Et pourtant, on a qu’une vie, qu’un seul corps, et un temps limité pour l’utiliser. Dans l’idéal, s’aimer vaut donc le coup. C’est un bon début…

Déshabillez moi... du regard.

Le Marbré tricolore contre la météo morose

Share Button

par Rouge Pourquoi faut-il privilégier les aventures culinaires, les livres et le lit aux aventures extra-culinaires ? Pourquoi le marbré sauve-t-il le printemps du naufrage ? Mes aventures extra-culinaires finissent mal (petit récit à déguster avant la recette à dévorer) Il est des fins de semaine pluvieuses où il ne faudrait jamais se forcer à quoi que…

Déshabillez moi... du regard.

Primavera (intermède)

Share Button

Par Rouge Au guitariste de fado qui m’a regardée… Je. Toi. Nous. Le temps d’un fado… Bel intermède. Ce n’était encore que la répétition. Quelques personnes qui préparaient le concert écoutaient distraitement les musiciens qui passaient tour à tour sur la scène. Les talons des femmes claquaient sur le parquet de bois lustré de la…

Déshabillez moi... du regard.

Printemps, saison-désamour ?

Share Button

par Rouge Et si le Printemps n’était pas la saison des amours ? Petite chronique pseudo-scientifique, sociale et musicale (mais non exhaustive) d’un cliché saisonnier. Le Printemps… les doux rayons de soleil qui se posent délicatement sur votre front pour vous effleurer d’une délicate caresse et offrir à vos lèvres un nuage de sourire. Le Printemps……

Déshabillez moi... du regard.

Le gratin d’ailleurs

Share Button

Par Revolver Je sais que je ne suis pas d’ici à la promiscuité qui m’assaille dans les files d’attente et dans les foules. L’intimité et la confidentialité sont étrangères à cette culture. La proximité physique avec des inconnus – sans parler des êtres familiers – constitue une réalité quotidienne. La discrétion demeure toujours une vaine…

Déshabillez moi... du regard.

Rastignac vs. Bel Ami : battle des ambitieux

Share Button

par Rouge Ils cherchent tous les deux à se tailler leur part du gâteau dans le gratin mondain. Rastignac, le jeune noble d’Angoulême qui saigne sa famille pour faire son droit avec (une once de…) flemmardise, Georges du Roy, officier de retour de Guerre entré par hasard dans le monde du « journalisme » (même s’il n’en…

Déshabillez moi... du regard.

Le dauphinois, le prince des gratins

Share Button

Par Revolver Un gratin princier Beaucoup d’appelés, peu d’élus au titre des ingrédients du gratin dauphinois. Un kilo et demi de pommes-de-terre de bonne famille, une belle tête d’ail, une noisette de beurre, la crème de la crème fraîche (un petit pot), du lait de qualité (un verre), la fine fleur du sel, un poivre…

Déshabillez moi... du regard.

Les bobos du gratin

Share Button

par Rouge Les gens rient quand je leur avoue mon métier. Un rire nerveux, jaune, qui tire souvent jusqu’à la grimace. Les lèvres se plissent, le bienveillant sourire se fige soudain. J’aime observer leurs réactions. Ils ont peur, les pauvres, et puis dans les conversations mondaines des cocktails du samedi soir rue Raynouard, ça met…

Déshabillez moi... du regard.