Achille, un fils à maman?

Share Button

Par Revolver

Fiston trop couvé deviendra boudeur invétéré
Faiblesse fatale d'Achille Credits Karolplus

Le sculpteur devait avoir un faible… mais pas pour le talon Credits Karolplus

Fils du roi Pélée et de la nymphe Thétis, Achille est un héros célèbre pour sa vaillance, ses colères et son point faible : le talon. On s’accorde à dire que sa mère, cherchant à le rendre invulnérable et pour cela à ôter toute trace de l’héritage (génétique) mortel de son père, trempa son rejeton dans le fleuve des Enfers, le Styx. Pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du fleuve, il fallut bien qu’elle l’agrippât par quelque extrémité et ce fut donc par le talon qui ne fut pas immergé. Morale de ce vain subterfuge maternel : quoi que les mères cherchent à faire pour protéger leur petit, elles resteront toujours coupables de leur avoir donné leur vie, imparfaite puisque mortelle.

Thétis donnant le bain à son fils

Thétis donnant le bain à son fils

La jeunesse d’Achille : apprendre à faire la guerre et l’amour

Premier jour d'école pour le petit Achille

Premier jour d’école pour le petit Achille

Suite à une brouille conjugale ou d’un commun accord – les versions divergent – l’enfant est confié au centaure Chiron pour qu’il l’éduque. Au programme : médecine, musique et chasse. Le roi Phénix, quant à lui, est chargé de lui enseigner l’art militaire. C’est à cette époque qu’il devient un coureur émérite et qu’il acquiert le surnom d’Achille aux pieds légers. Alarmée par un oracle prédisant la mort d’Achille au combat sous les murs de Troie, Thétis l’envoie, déguisé en fille sous le nom de Pyrrha (« la rousse »), se cacher parmi les filles de Lycomède. L’une d’elle découvre le pot-aux-roses et même davantage à en juger par les effets de la découverte : Déidamie a un fils d’Achille, Néoptolème.

On tient notre homme!

On tient notre homme!

 Le même oracle avait prédit que sans Achille, les Grecs ne pourraient pas vaincre les Troyens. Aussi le rusé Ulysse, après avoir mené l’enquête avec ses compagnons, localisa la cachette du héros en devenir et s’introduisit auprès des filles de Lycomède sous les traits d’un marchand. Les filles s’accaparèrent les fanfreluches et seul Achille, soumis à son impérieuse testostérone, se jeta sur le bouclier et la lance laissés là, négligemment par le faux marchand, quand la trompette de guerre retentit, avertissant d’une fausse attaque. Démasqué au sein du gynécée de Lycomède et dépouillé de ses attributs de rouquine, Achille se laisse convaincre par les belles paroles d’Ulysse qui le persuade qu’il doit se rallier à Agamemnon, à la tête d’une flotte d’une cinquantaine de navires.

Achille aime faire la tête

La première brouille avec Ulysse survient très tôt. A son arrivée auprès d’Agamemnon, à Aulis, la flotte grecque est bloquée. Le chef de guerre subit les foudres d’Artémis, déesse de la chasse : il s’est prétendu supérieur à elle dans l’art de traquer et capturer les bêtes de la forêt. Pour réparer son offense, Agamemnon doit sacrifier sa fille Iphigénie. Pour la faire venir jusqu’à Aulis, le malheureux père suit les conseils du rusé Ulysse qui lui suggère de faire miroiter à la jeune fille des fiançailles avec Achille. Iphigénie est épargnée par Artémis qui la remplace in extremis par une biche, de même que dans l’Ancien Testament Dieu fait apparaître un bélier au moment où Abraham s’apprête à lui sacrifier Isaac, son unique fils. Si pour Ulysse la fin justifiait les moyens et qu’Iphigénie s’était conformée aux volontés supérieures, Achille ne l’entend pas de cette oreille. C’est sa première colère mémorable auprès de ses compagnons d’armes.

Achille ou l'appât révolté

Achille ou l’appât révolté

En chemin vers Troie, Achille sème la terreur. Il tue (entre autres) Ténès, fils d’Apollon. Plus loin, il enlève Briséis dont il extermine toute la famille, mari inclus – il faut dire que de tous, c’était bien lui le plus encombrant. Il fait de Briséis ce qu’on appelle pudiquement sa favorite. Pour venger la mort de son fils, Apollon fait s’abattre la peste sur le camp grec. Seul remède : il faut qu’Agamemnon restitue sa favorite à lui, Chriséis, à son père, un prêtre d’Apollon, comme par hasard. Tenant Achille pour responsable de cette double déconvenue, épidémie et privation de plaisirs charnels dédiés, le chef hellène, ravit Briséis au fauteur de trouble. Ni une, ni deux, Achille va pleurer chez sa maman, Thétis pour qu’elle aille le dire au maître, Zeus, puis s’en va bouder dans sa tente. Au lieu d’aider ses camarades, il joue de la lyre tout seul, dans son coin. A peine admet-il la présence de son fidèle Patrocle.

Vous êtes plus mes copains, à part Patrocle!

Vous êtes plus mes copains, à part Patrocle!

Achille perd la tête

Son ami intime, Patrocle, est sollicité pour prendre sa relève car, sans Achille, la débâcle menace. C’est ainsi que Patrocle, adoubé par son compagnon, part, avec les armes d’Achille jusqu’aux remparts de Troie où l’ennemi, en la personne d’Hector, le tue. Ivre de rage à l’annonce de cette mort, Achille décide de se venger. Aussitôt, sa mère, qui a ses entrées dans le beau monde, demande à Héphaïstos de lui forger de nouvelles armes. Athéna, quant à elle, l’abreuve de nectar et d’ambroisie pour rendre (presque) aussi fort qu’un dieu. Saccageant tout sur son passage, Achille arrive enfin face au meurtrier de son ami. Le duel se solde par la mort du Troyen qui réclame dans son dernier râle des funérailles dans les règles de l’art. Achille lui rit au nez tandis qu’il expire. La parole à Homère : « Il [Achille] lui perça les tendons des deux pieds, entre le talon et la cheville, et il y passa des courroies. Et il l’attacha derrière le char, laissant traîner la tête. Puis, déposant les armes illustres dans le char, il y monta lui-même, et il fouetta les chevaux, qui s’élancèrent avec ardeur. Et le Priainide Hector était ainsi traîné dans un tourbillon de poussière, et ses cheveux noirs en étaient souillés, et sa tête était ensevelie dans la poussière, cette tête autrefois si belle que Zeus livrait maintenant à l’ennemi, pour être outragée sur la terre de la patrie. » Longtemps après ce carnage, accédant aux demandes pressantes de Priam, le père de feu Hector, accompagné de Polyxène, sa charmante fille éplorée, ainsi qu’à celles de sa maman, Achille consentit à restituer le cadavre défiguré de son ennemi.

La dépouille Patrocle

La dépouille Patrocle

La vengeance d'Achille

La vengeance d’Achille

Achille taclé par Apollon

La gloire ne devait être que de courte durée. Voici la version la plus fleur bleue de la mort du héros : épris de Polyxène qu’il demande en mariage, il est près d’atteindre son but lorsqu’en pleine cérémonie, le futur beau-frère, Pâris, guidé par Apollon, décoche une flèche qui se niche pile dans le talon qu’Achille a fragile, comme l’on sait. Grand deuil chez les Grecs. Selon les rites funéraires en vigueur, son corps est brûlé sur un bûcher après presque trois semaines de pleurs généraux. Ses cendres sont mêlées à celles de Patrocle dans une urne d’or. Thétis aura eu beau faire, solliciter les puissants pour protéger son fils, lui sauver la mise, lui accorder des passe-droits, la mort aura eu raison de la précaution de la mère et de la témérité du fils. Contrairement au désir de Thétis, son fils n’aura pas gagné l’immortalité divine mais Achille aura vécu la vie de gloire à laquelle il avait toujours aspiré.

"Je Pâris que tu sauras viser en plein dans le mille..." souffla Apollon

« Je Pâris que tu sauras viser en plein dans le mille… » souffla Apollon

 


0 comments