Infidèle au cinéma : 1969 vs 2002

Share Button

Par Revolver En 2002, en découvrant le film d’Adrian Lyne, Infidèle, mon trouble ne fut pas anecdotique. Que je fusse charmée par le physique (plus que par le jeu, soyons franche) d’Olivier Martinez dans le rôle de l’amant ne me surprit guère : je prévoyais que ce serait, sans jeu de mots, la pièce maîtresse du…

Déshabillez moi... du regard.

Rastignac vs. Bel Ami : battle des ambitieux

Share Button

par Rouge Ils cherchent tous les deux à se tailler leur part du gâteau dans le gratin mondain. Rastignac, le jeune noble d’Angoulême qui saigne sa famille pour faire son droit avec (une once de…) flemmardise, Georges du Roy, officier de retour de Guerre entré par hasard dans le monde du « journalisme » (même s’il n’en…

Déshabillez moi... du regard.

La famille Bélier laisse sans voix

Share Button

par Revolver On connaissait le cinéma muet – remis au goût du jour d’une manière aussi audacieuse qu’inattendue par The Artist – mais on n’avait pas encore découvert le cinéma sourd-muet. Le réalisateur Eric Lartigau  a pris le bélier par les cornes en faisant le portrait à la fois drôle et touchant d’une famille qui…

Déshabillez moi... du regard.

L’eau et les rêves de Gaston Bachelard : le rêveur savant

Share Button

Quand la Critique devient grand Art. Sans doute est-il suicidaire (mais bien français) d’écrire, sur un frivole blog ès articles en tous genres un article sur l’un des plus éminents critiques du XXe siècle, Gaston Bachelard. Parce que personne ne lira ceci. Parce que l’on se dira que ce type d’ouvrages trop universitaires ne correspond…

Déshabillez moi... du regard.

Le Prénom, film de la crise d’être

Share Button

par Rouge Faire la critique d’un film sorti en 2011, il y a longtemps donc (à l’échelle actuelle) qui plus est, connu de tous, et diffusé il y a peu avec grand succès sur une grande chaîne de télévision pourrait paraître bien vain. Tout au plus penserez-vous que c’est un choix par défaut, par une…

Déshabillez moi... du regard.

Derrière le masque du raté

Share Button

Par Revolver Le raté, c’est toujours l’autre Avec cette thématique pleine de duplicité que représente le masque, j’ai de prime abord pensé aux personnages de Tonino Benacquista. Dans Malavita, le héros est un repenti, exilé en France et protégé par le FBI, contraint d’emprunter un masque qui lui démange : Giovanni Manzoni a la plus grande peine…

Déshabillez moi... du regard.

Vampires never die

Share Button

par Rouge Ils sont exagérément beaux, éternellement jeunes et parfaitement amoraux. Bref, ils sont les incarnations d’une forme d’idéal noir de notre société. Pourquoi ? Analyse à canines tirées de ces personnages de séries, de film et de littérature qui reconstruisent un mythe du vampire en perpétuelle résurrection. État des lieux non exhaustif du caveau…

Déshabillez moi... du regard.

Mettez les pieds dans les plats de la Cité de la céramique de Sèvres

Share Button

par Rouge Découvrez l’éventail des possibilités de la Cité de la céramique de Sèvres Un musée qui a conservé encore pour un peu sa patine de vieil endroit pas encore tout à fait rénové avec ses explications pas toujours passionnantes à lire, pas toujours abrégées pour le public actuel, mais qu’importe? Non, en réalité, il…

Déshabillez moi... du regard.

Le Lièvre de Vatanen, l’exotisme à la finlandaise

Share Button

Par Revolver Le bouche à oreille (de lièvre) marche depuis près de 30 ans pour ce roman Besoin d’exotisme pour changer d’air ? Lisez donc un roman finlandais : Le Lièvre de Vatanen d’Arto Paasilinna. Ce récit à la fois rafraîchissant et touchant nous entraîne à la suite d’une petite bête estropiée par deux journalistes quadragénaires trop…

Déshabillez moi... du regard.

Impressions d’Argenteuil

Share Button

Par Revolver Quand Argenteuil impressionnait les artistes Hélas plus connue en France pour faire couler le sang (le 27 août dernier, deux colocataires s’y sont entretués) et le fiel (souvenez-vous « la bande de racaille » vilipendée par Nicolas), que pour son patrimoine culturel, Argenteuil a pourtant inspiré des mariages sublimes entre eau et peinture sous les…

Déshabillez moi... du regard.