Primavera (intermède)

Share Button

Par Rouge Au guitariste de fado qui m’a regardée… Je. Toi. Nous. Le temps d’un fado… Bel intermède. Ce n’était encore que la répétition. Quelques personnes qui préparaient le concert écoutaient distraitement les musiciens qui passaient tour à tour sur la scène. Les talons des femmes claquaient sur le parquet de bois lustré de la…

Déshabillez moi... du regard.

Le gratin d’ailleurs

Share Button

Par Revolver Je sais que je ne suis pas d’ici à la promiscuité qui m’assaille dans les files d’attente et dans les foules. L’intimité et la confidentialité sont étrangères à cette culture. La proximité physique avec des inconnus – sans parler des êtres familiers – constitue une réalité quotidienne. La discrétion demeure toujours une vaine…

Déshabillez moi... du regard.

Les bobos du gratin

Share Button

par Rouge Les gens rient quand je leur avoue mon métier. Un rire nerveux, jaune, qui tire souvent jusqu’à la grimace. Les lèvres se plissent, le bienveillant sourire se fige soudain. J’aime observer leurs réactions. Ils ont peur, les pauvres, et puis dans les conversations mondaines des cocktails du samedi soir rue Raynouard, ça met…

Déshabillez moi... du regard.

Jusqu’à perdre haleine

Share Button

C’est plus fort que moi, dès que je le vois, ma poitrine se serre si fort que j’en ai du mal à respirer. Pour me calmer, je touche du bout des doigts le tube de Ventoline dans mon sac, comme on caresse un grigri. Pure superstition mais rituel indispensable. Passés les premiers instants, ma respiration…

Déshabillez moi... du regard.

L’attrape-rêves

Share Button

Par Revolver En m’approchant de la caisse, je ne pus m’empêcher de fixer son regard. Je m’efforçai de regarder à la dérobée mais mon incertitude quant à l’air familier de son visage me troublait trop. Tel un automate, elle scannait les derniers articles de la cliente juste avant moi quand elle s’aperçut que je l’observais…

Déshabillez moi... du regard.

Prénoms de nuit

Share Button

par Rouge Il y a ceux qui comptent les moutons… et celles qui volent les prénoms… Les volets grondaient. Le vent s’était levé au dehors. Les volets claquaient. La jeune fille avait fermé à double tour la porte de sa chambre. Discrètement, sans faire de bruit… pour qu’ils ne se rendent pas compte, derrière la…

Déshabillez moi... du regard.

Les papiers d’ici et d’ailleurs

Share Button

Par Revolver Je travaille depuis 17 ans à la préfecture de Bobigny, je reçois les usagers étrangers qui demandent des papiers. Ils parlent diverses langues – assez peu le français pour certains – mais tous connaissent le mot « papiers ». Je l’entends tous les jours, ce mot « papiers », prononcé avec tous les accents du monde, des…

Déshabillez moi... du regard.

Noir intense

Share Button

Par Revolver – … Ou même juste prendre un verre… – Pourquoi pas ?… De son sac, elle extirpa un stylo et griffonna son numéro sur l’emballage cartonné d’une tablette de chocolat. – Désolée pour le papier… Il retourna l’emballage et lut : – Noir intense : c’est ce que je préfère. Le soir, elle décida que s’il…

Déshabillez moi... du regard.

Les dernières vendanges

Share Button

par Rouge Les temps changent. Septembre, octobre, chaque année, c’était immuable. Après celui des cartables venait le temps des vendanges. Les vignes avaient cette couleur pourpre vive, et chaque champ semblait vouloir éclairer l’autre, soleil d’été indien qui refleurissait juste avant l’hiver. Les routes goudronnées se tachaient de restes de terre ou de quelques raisins…

Déshabillez moi... du regard.

Patiente n°24121897

Share Button

Patiente n°24121897. Groupe A+, 25 ans environ. Sur l’oscillographe, le rythme cardiaque était constant. Presque apaisé. Le bruit de l’appareil, ponctuel, imposait un son strident d’hôpital à cette chambre vide et terne. Le goutte-à-goutte perlait. Il se diffusait doucement dans les veines, froid, mais fortifiant. Le pli du coude était bleuté, à l’endroit où l’infirmière…

Déshabillez moi... du regard.