Des repas à croquer… messieurs !

Share Button

 Par Rouge

Aux fourneaux, vous êtes plus quiche que cordon-bleu? Vous vous sentez toujours pris en sandwich entre le plat surgelé et la boîte de conserve? Plus d’excuses avec ces délicieux en-cas prêt en un clin d’œil! Vous allez faire craquer la mie et plus si affinités… Pas d’escroquerie, messieurs, mesdames, voici le menu le plus craquant de croque monsieur!

Le salé : plutôt BRV ou Red & White ?

Recette 1, le BRV

Parce qu’il n’y a pas que les BMW, voici le BRV, le Blanc de la noblesse de coeur qui vous anime lors d’un dîner en amoureux, le Rose de vos doux rougissements, et le Vert de l’espoir (conclure or not?)

Bon, la poésie c’est pas tout, mais comment ça se construit ? Simple, efficace et sans tracas, encore mieux que les légos de votre enfance, parce qu’au moins, là, vous avez le droit de manger votre construction.

Les outils indispensables pour 2 croques-monsieur :

  • un cerveau de taille humaine associée à des mains et des pieds en état de fonctionnement
  • 4 tranches de pain de mie
  • du beurre
  • du pesto (une sorte de pâte verte de basilic qui s’achète toute faite, ça facilite les choses)
  • 2 tranches de jambon
  • Une bûche de chèvre (type Saint-Maure etc.)

Mode d’emploi:

En accéléré pour les pros du montage :

Beurre, pain, pesto, jambon, chèvre, pain, beurre.

Et en image, parce que messieurs, hors de question que la cuisine soit l’apanage, des dames, et c’est encore plus facile que le montage d’un kit IKEA, alors ne faites pas votre homme de croque-magnon, apprenez !

 

blabla

blabla2

fig. 0 : pratiquez le tartinage primitif de beurre (couteau, beurrier, pain)

fig. 1 : étalez le verdoyant pesto (pour assaisonner un peu votre rendez-vous  d’une touche originale!)

blabla

blabla

fig. 2: coupez le jambon de manière à recouvrir parfaitement la surface du pain de mie

fig. 3 : ajoutez les rondelles de chèvre, puis une tranche de pain pesto-beurre… Et au four pour faire gratiner…

 Recette 2 : croque-monsieur Red & White (Rouge de la passion, Blanc de la pureté)

Le concept est notoirement identique et en voici le montage :

beurre, pain, chorizo (environ trois tranches fines par croque), mozzarella, pain, beurre.

Tadam:

Le sucré : le croque-monsieur tout doux à réinventer

On entre dans la phase critique du croque qui fait craquer sans accroc. Sinon votre belle risque de filer. Parce que oui, vous avez le droit de rater le salé… mais le sucré, c’est tout simplement la dernière impression que vous laissez.

Si vous en faites trop, Mademoiselle, en plus de se sentir aussi gonflée qu’une vahiné, pourrait éprouver la désagréable sensation de passer à la casserole et de se voir assaillir par un loup qui a les crocs (et je suis sûre que ce n’est pas cela que vous souhaitez, dit le petit chaperon Rouge). Et si vous ratez le dessert, messieurs, c’est un « non » catégorique pour la suite des négociations… (surtout pour moi, mais cela, vous n’êtes pas censé le savoir… Chut donc) De la finesse en toute chose, comme disait l’autre. Rusez chers messieurs… Parce que le moelleux au chocolat, ce n’est pas un dessert, c’est une déclaration, et que c’est comme toutes les bonnes choses dans la vie : il faut laisser du temps au temps.

Alors pour un premier rendez-vous, faites preuve d’humour, d’originalité et de personnalité, que diantre, et surprenez-nous…

Recette 1: le pain au chocolat (pour la faire craquer jusqu’au petit déjeuner…)

Revisitez le pain au chocolat (moyen très subtil et délicat de lui indiquer sans la lourdeur dont on vous taxe ordinairement, que vous aimeriez qu’elle restât à vos côtés un peu plus longtemps). Et en plus d’être délicieux, pas trop plombant, c’est d’une facilité déconcertante. Il vous suffira de quelques petits pains au lait, de carreaux de chocolat, d’un peu de jus d’orange et, pour ajouter une touche de subtilité, de cannelle ou d’épice à pain… d’épice (oui, désolé, pas original mais ça s’appelle comme ça)

A l’aide d’un couteau (oui vous savez, l’équivalent de la scie en version portative… pour ceux qui ne connaissent que leurs caisses à outils…), coupez le petit pain dans le sens de la longueur. Évidez-le un peu puis déposez délicatement le chocolat.Versez un peu de jus d’orange pour imbiber le pain au lait sur ses deux faces (car lui passera non pas à la casserole mais au four) afin qu’il ne s’assèche pas trop. Ajouter les épices et fermer ce petit sandwich. Puis, au four quelques minutes et à déguster lorsque le chocolat est bien fondant…

Recette 2 et 3 : tourbillon de Pâte à tartiner et tri-feuille de pain d’amie à effeuiller

Cette fois-ci, l’on vous évite le four… Avec deux autres inventions de mie câline.

Pour le tourbillon, de Passion autant que de Pâte à tartiner (vous savez, celle aux noisettes, addictive), il vous faudra un rouleau à pâtisser (cliquez, vous comprendrez mieux l’utilité)… bon, si vous n’avez pas ce précieux outil culinaire à bonnes pâtes, vous pouvez utiliser un verre. But de la manœuvre : aplatir le pain de mie en tranche pour plus facilement l’enrouler. Après avoir bien aplati votre tranche de pain de mie version Kate Moss, tartinez le pain (pas Kate Moss, vous m’aviez comprise, tout de même) de pâte à tartiner. Puis enroulez et découpez en bûche les côtés, et proposez à votre dulcinée…

Enfin, pour le tri-feuilles qui n’est pas censé se terminer en trident, c’est en fait une tartine trois tranche de pain de mie, élégamment découpé pour faire sensation sans trop de travail préparatoire : une tranche de pain de mie, pâte à tartiner, une tranche de pain de mie, confiture de framboise, et une tranche de pain de mie. Vous scellez le tout et vous coupez en petites bouchées.

Et pour mieux comprendre ces belles paroles pâtissières, quelques images suggestives…

Enfin, un conseil, et soyez prévenus : aiguisez vos crocs avec discrétion, chers croquants craquants et gare à vous si vous nous escroquez, on vous croquera tout crû !

 


2 comments
AEGIDIUS
AEGIDIUS

Slt les R&R

Vous me conseillez quelle recette pour ce midi? J'ai faim!!!!

Perso, je vise la recette 2 (beurk pesto, miam miam chorizo)

Je vous envoie cette aprèm, le résultat de ma dégustation.

redgun
redgun

Cher Aegidius,

Vous avez sans doute raison, le chorizo tient plus au corps que le pesto et il a le mérite de pimenter le menu. Monsieur a fait le bon choix.