Jeux d’enfants, jeux d’anges heureux ?

Share Button

Par Rouge

 

Les anges de la guerre _ Château Maisons-Laffitte

Les anges de la guerre _ Château Maisons-Laffitte

Bientôt Noël, et s’il est question de dégainer, c’est la carte bleue qui est excellemment sollicitée. Car même le sacro-saint Père Noël n’a pas encore résolu l’énigme : que va-t-on leur offrir cette année, à nos chérubins ? Réponse à Kidexpo, le grand salon du jouet qui a rassemblé près de 150 000 personnes, du 19 au 23 octobre, dans ses travées : des carcans et des conditionnements rétrogrades et passéistes, plus dangereux qu’heureux.

Ils sont beaux, les jeux du futur, bien plastifiés et colorés à souhait, rugissants et innovants ! Petit passage en revue du salon-magasin. Pour les filles, il y a la poupée toupie qui vole dans les airs gracieusement, avec sa robe en pétale de fleur (et encore, on reste dans l’à peu près équivalent à Barbie 2013) Gracieuse, gracile, rose, cela reste encore presque charmant. Parce que bon, on a toutes eu droit à du Barbie au biberon (même si en regardant les dernières modèles, j’en suis à me demander si elle ne s’est pas fait des extensions de cils depuis…), alors un peu plus ou un peu moins, on reste dans le même registre.

Mais contrairement à nous, les jeunes filles d’aujourd’hui auront non seulement droit à Barbie et tous ses ersatz, mais également à Nancy. Qui est Nancy ? L’archétype de la pinup écervelée, la poupée gonflable version gamine de 5 ans, mais un tout petit peu moins que la Bratz, qui elle a tout de même conservé la fleur du mauvais goût. Nancy a de grands yeux, des seins, une bouche pulpeuse juste ce qu’il faut pour que Papa et Maman achètent. On peut lui mettre de petits shorts sexy et des serre-tête déguisement de chat. Et en plus, on peut la maquiller aussi, parce qu’il faut bien qu’en plus d’avoir des gros yeux, elle ait de belles lèvres rouge vif. Puis c’est très bon pour augmenter le numerus clausus d’esthéticiennes dans les écoles dans les années à venir !

Rendez-vous au stand Lego aussi, la version géante spéciale fille vous fait tout de suite comprendre la cible visée et les représentations que l’on prépare pour la nouvelle génération. La fille « de base » porte des jolies jupes, elle est elle aussi pourvue d’une belle poitrine bien haute et elle est métisse. Mais attention, révolution : la fille du XXIe siècle est également guerrière, c’est une femme de poigne, qui tire au revolver (c’est bien nous, ça!). Pas n’importe quel revolver, pas un arc de garçon, voyons, cela serait indécent, dégradant.. Il faut que la super arbalette soit bien rose, bien définie, sinon, bête comme on est, impossible pour nous de comprendre que c’est un cadeau pour fille. Et puis, cela évite les conflit de famille, fini le temps de D’Artagnan (d’ailleurs très agréable à lire, même pour une fille ! ) et du un pour tous, tous pour un ! Vive l’individualisme consumériste : chacun son arc !

 

Et pour les garçons, que leur prépare-t-on, à nos petits mignons ? Mini-monsieur sera bricoleur, viril, costaud et bien droit dans sa salopette rouge, carré et brute de décoffrage pour plaire à belle-maman. Il adorera les jeux de construction et n’oublions pas les jeux de tir aussi… Parce qu’on ne sait jamais, ça pourrait servir, s’il s’engage dans l’armée !

 

Oui, on me dira, mais c’est normal, les filles aiment les princes charmants et les garçons aiment les voitures. L’on me dira aussi que je suis porteuse d’une vision passéiste et nostalgique du c’était mieux avant, dans le locus amoenus de notre cher enfance. Nuance : je constate simplement que cela évolue de travers. Il n’en reste pas moins des jeux d’enfants qui ont un véritable charme, et très plaisants, mais les codes se font de plus en plus restrictifs, et le clivage entre fille et garçon, qu’on tend à vouloir oublier chez les adultes, voire à effacer dans la société, est révélé à son paroxysme dans le système d’images que l’on transmets à nos enfants…

Pourtant, on est en 2013. Mai 68 est passé. La libération des sexes, le droit de vote pour les femmes. On aime à dire que les grands chefs sont des hommes, qu’une femme président, c’est pour bientôt. On oublie qu’on n’arrivera jamais à bâtir quoi que ce soit de solide si nos propres enfants se mettent à avoir les idées de leurs grands-parents. Alors faites la révolution : donnez des poupées et des assiettes à vos garçons et des avions à construire à vos filles.