Passe ton bac (option musique) d’abord !

Share Button

Par Revolver

L’option musique au bac : comme dans Glee, avec plus de travail et moins de paillettes
Auraient-ils tous une mention grâce à l'option musique?

Auraient-ils tous une mention grâce à l’option musique?

Les élèves de Will Schuester en savent quelque chose, étudier la musique au lycée ne va pas de soi. Même quand on n’est pas dans Glee mais en France, préparer l’option musique du baccalauréat n’est pas donné à tous les élèves mais pas pour les raisons qu’on croit. Cliché n°1 : il suffit de faire de la gratte pour impressionner le jury. Cliché n°2 : il faut avoir fréquenté le conservatoire depuis l’âge de 5 ans. Cliché n°3 : le Ministère met tout en œuvre pour parfaire la culture et la pratique musicales des bacheliers de France et de Navarre. Laurence, professeur certifiée de musique passionnée par sa discipline et par ses élèves, nous explique comment fonctionne l’option musique au lycée et les enjeux de l’enseignement de la matière à ce niveau.

Tout élève au lycée peut-il suivre un enseignement en musique au lycée? Quelles sont les conditions requises? Quel est le niveau, quelles sont les exigences?

Je tiens d’abord à préciser qu’il existe plusieurs options musique au lycée. Il y a une option réservée aux élèves musiciens d’un bon niveau – en général ces élèves fréquentent un conservatoire – qui souhaitent accéder à un métier de la musique et préparent un bac technologique « technicien de la musique ou de la danse ». Dans la série générale littéraire art option musique, les élèves ont 3 heures de musique en seconde et 5 heures en première et terminale. Enfin, aux séries générale et technologique est proposée une option facultative avec 3 heures en seconde, première et terminale, peu importe la section. Sachant qu’en fonction des moyens de l’établissement, ces horaires sont malheureusement variables et souvent revus à la baisse! En ce qui me concerne j’ai fait passer le bac musique en option facultative série générale et technologique

Malheureusement tout élève ne peut pas suivre un enseignement en musique au lycée car peu d’établissements proposent l’option. Aussi beaucoup se présentent en candidats libres. Ils se préparent seuls à l’épreuve ou bénéficient de quelques heures de cours dans leur école de musique ou leur conservatoire.

Si l’option facultative existe, elle est ouverte à tous, peu importe le niveau musical. L’essentiel étant la motivation et la volonté d’approfondir sa culture musicale. Quelqu’un qui ne pratique pas la musique en dehors peut donc très bien suivre les cours!

Quelle différence entre l’enseignement de la musique au collège et au lycée?

L’enseignement en lycée se fait dans la continuité du collège avec toujours deux grands axes qui sont la perception et la production musicale. Contrairement au collège, il existe un programme limitatif que l’on commence par aborder en classe de première, en vue de la préparation au bac. Le professeur n’est donc plus entièrement libre du choix des œuvres.

Il est très agréable pour le professeur de travailler en lycée car les élèves sont présents par choix et donc très impliqués. La pratique musicale y est aussi plus intéressante car plus poussée. Le professeur arrange les chants de manière à ce qu’ils soient interprétés à au moins deux voix et accompagnés par les élèves instrumentistes.

La musique au lycée: une bataille pour démocratiser l’art ou un luxe?

Démocratisation de l’art certes puisque l’option est depuis 2004 accessible peu importe la filière choisie, que l’on se trouve dans la continuité du collège et qu’il n’y a pas de niveau musical exigé.

Mais aussi un luxe car l’option est fragile ! Elle existe dans peu d’établissements et parfois sous une forme incomplète avec un nombre d’heures restreint. Elle peine à trouver son public car les proviseurs rencontrent des difficultés à concevoir des emplois du temps permettant à tout élève de suivre l’option. Et elle souffre également d’une idée reçue qui veut qu’il faut maîtriser la musique pour pouvoir suivre les cours.

Enfin, l’option ferme dans beaucoup de lycées faute de moyens alloués par le Ministère.

En quoi consiste l’épreuve facultative de musique du bac?

Elle se déroule à l’oral et en deux parties. D’abord, une épreuve pratique qui dure dix minutes pendant laquelle le candidat interprète une œuvre de son choix, vocale ou instrumentale. Il doit brièvement présenter le morceau choisi et donner les caractéristiques musicales essentielles ainsi que les raisons de son choix. Cette épreuve peut se pratiquer en groupe. Les candidats sont notés sur la musicalité de leur interprétation et non sur un niveau de technicité.

Ensuite, deuxième partie, une épreuve de culture musicale qui dure trente minutes. Il s’agit d’une écoute comparée entre une œuvre figurant au programme limitatif (trois œuvres sont imposées) et une œuvre proposée par le jury.  Le candidat tire au sort l’une des trois œuvres dont il écoute un bref extrait puis entend une œuvre inconnue choisie par le jury. Il doit alors faire une analyse comparative des deux extraits. Le jury pose ensuite des questions autour des œuvres entendues, destinées à évaluer la culture musicale, et surtout la capacité à relier ces connaissances à l’écoute.

Comme toute option au bac, seuls les points au dessus de la moyenne comptent.

Comment y prépares-tu les élèves?

Les trois œuvres sont analysées en profondeur (organisation, contexte historique…). On travaille sur la méthodologie du commentaire comparé. On s’entraîne à l’oral mais aussi à l’écrit en écoutant d’autres morceaux à comparer.

Pour la partie de pratique, il est bien sûr impossible de préparer les élèves de manière individuelle. J’ai toutefois pris le temps d’écouter et de conseiller tous ceux qui l’ont souhaité. Sur mon temps personnel bien sûr!

Laurence, passionnée par la musique et par ses élèves

Laurence, passionnée par la musique et par ses élèves

Quelle est ton expérience en tant que jury?

J’ai été membre de jury pendant cinq ans et en garde d’excellents souvenirs. L’étude des œuvres au programme et la recherche d’œuvres à comparer est un travail certes conséquent mais très stimulant, surtout lorsque l’on est affecté uniquement en collège.

Cela permet également de retrouver des collègues, nous qui sommes si isolés dans nos établissements (un prof par établissement voire deux mais qui se croisent…). Et puis l’ambiance a toujours été très bonne notamment lors des pauses cafés ou repas qui sont autant d’occasions de décompresser, mais aussi de partager nos expériences avec les candidats qu’elles soient bonnes, mauvaises, ou encore drôles!

C’est tout de même une épreuve fatigante qui demande beaucoup de concentration sur de longues plages horaires : de 7h jusqu’à18h.

Le jour J, comment l’évaluation se fait-elle?

L’évaluation se fait en binôme. Après le passage d’un candidat, le jury délibère quelques minutes et attribue une note en fonction d’une grille d’évaluation qui lui est distribuée. A la fin de la journée, il ajuste les résultats.

On essaie au maximum d’aider l’élève en lui posant des questions lui permettant d’approfondir son commentaire, ou de combler d’éventuels oublis. On essaie bien sûr de rester de marbre quant à notre ressenti!

Quels sont tes souvenirs les plus marquants lors de ces différentes sessions ?

Un membre du jury que j’ai du supporter toute une journée et avec lequel je n’étais absolument pas d’accord. Impossible de nous entendre sur les notes à attribuer. D’autre part le choix de ses écoutes à comparer était souvent inopportun et déstabilisait les candidats. Pas facile…

Nous avons beaucoup de candidats qui pensent gagner des points en jouant un peu de guitare et en faisant l’impasse sur le programme. Ils sont alors pour certains incapables de citer le titre de l’œuvre imposée qu’ils viennent d’entendre…   A ceux-là on a envie de crier : « Restez chez vous!!! »

Je me souviens d’une candidate qui nous a joué différentes parties d’études à la caisse claire. Nous nous sommes regardés perplexes avec le collègue…c’était comment dire…anti-musical?………

Et puis des candidats brillants, vifs d’esprit, sensibles…

La fameuse caisse claire

La fameuse caisse claire