Ravissante hôtesse

Share Button

Par Revolver

Une fille qui visait le ciel

SANS DESSOUS Ravissante hotesse

Toute ma vie j’ai rêvé d’être hôtesse de l’air. Déjà en primaire, pour le carnaval de l’école, je ne voulais que le déguisement d’hôtesse Air France. Pour me rapprocher de mon but, j’ai décidé de m’inscrire dans une agence d’hôtesses pour l’événementiel.

J’ai rempli ma fiche d’inscription: nom, prénom, date de naissance, taille, poids, taille de veste, taille de jupe, pointure, langues parlées, expérience. Ouvreuse pour un spectacle du Téléthon, ça compte? Nous sommes plusieurs dans la minuscule salle d’attente mais d’emblée, je sais que deux ne seront même pas reçues: l’une a un tatouage à la cheville gauche et l’autre de l’acné tout plâtré de fond de teint sur les joues. Il faut comprendre une exigence dans le milieu: ce n’est pas tout d’être souriante, aimable et patiente, il faut être présentable. Être mignonne sans trop se faire remarquer. A moins de vouloir faire le Salon de l’Automobile Porte de Versailles, mais moi, je ne donne pas dans la vulgarité.

Je sais déjà la teinte de rouge à lèvres (un rouge carmin bien précis). Je me lisse les cheveux depuis des années et je n’ai jamais porté de coupe dégradée. Je les ai spécialement attachés en queue de cheval. Je mesure 1m75, je fais du 38 et je chausse du 38. Je suis avenante mais discrète. Je parle français, anglais, espagnol et je pratique la langue des signes (mon frère est sourd-muet).

Au bout d’une heure d’attente, on me reçoit enfin dans le bureau. Je respire à fond et rentre dans la pièce où une femme d’une cinquantaine d’années, lunettes sur le bout du nez, et une plus jeune qui a abusé des U.V. me scrute. Je les salue, pose mon sac à main sur un petit tabouret, et tend mon CV.

– Pourquoi postuler chez Hôtesses et Compagnie?

– Toute ma vie j’ai rêvé d’être hôtesse de l’air. Je me suis dit que commencer par des missions événementielles serait une bonne formation.

– En quoi a consisté votre… expérience… au… Téléthon?

– J’ai accueilli, orienté et placé le public dans la salle des fêtes de ma ville pour le spectacle de l’association de danses traditionnelles auvergnates.

– Et vous parlez… la langue des signes… c’est pratique, ça…

– J’ai un frère sourd-muet, c’est pour communiquer avec lui que j’ai appris. Et c’est une langue maîtrisée par peu de gens. Je pense que c’est un plus pour une agence comme la vôtre d’avoir une hôtesse avec cette particularité.

Un entretien court mais convaincant.

Sur le chemin du retour, dans le RER bondé, je me mets à rêver à ma carrière d’hôtesse. Il ne me manque plus que le bac – il ne faudrait pas le rater cette fois-ci – et je partirai en formation l’année prochaine, avec, c’est désormais quasi-sûr, une première expérience chez Hôtesses et Compagnie. Mon téléphone vibre dans mon sac mais il y a trop de monde pour que je puisse décrocher sans qu’on n’entende toute ma conversation. Une bonne hôtesse doit savoir respecter la tranquillité des passagers. Une fille derrière moi n’a pas cette délicatesse.

– Ouais, comme d’hab… Une après-midi complète… déprimante… Tu sais, t’en vois quinze, si tu en as cinq qui font l’affaire tu es contente… Entre les grosses, les boutonneuses et les coincées. On en a même eu une tatouée! Je lui ai dit que même au Moulin Rouge il ne prenait pas les danseuses tatouées. Enfin… Ah, on a même eu une nénette qui parle la langue des signes… et pourquoi pas chinois tant qu’on y est?…

Un garçon me frôla en descendant de la rame.

– Ravissante hôtesse…


0 comments